mardi 19 janvier 2016

Retour à Silence - Franck Ferric


Résumé

Roman de Franck Ferric
Collection Brumes étranges
Parution : Mars 2015
Format : 23,5 cm x 15,5 cm - 224 pages
Illustration de couverture : Pierre Le Pivain

Dans un monde que les guerres ont changé en un vaste désert hanté de dangers mortels, Alej vit en reclus. Seul dans une cabane de tôles, au milieu de nulle part, il subsiste, étranglé par ses souvenirs.

Un jour, les fantômes de jadis viennent frapper à sa porte pour lui rappeler que la mémoire qu’on enterre est la graine qui germe en cauchemars. Alej va alors devoir reprendre la route dont il avait juré se détourner. Rembobiner le fil de sa vie. Pour enfin régler son compte au passé, avant l’inverse.

A lire dans le même univers, LA LOI DU DÉSERT de Franck Ferric.

Il s’agit d’une version illustrée (25 illustrations Noir & Blanc et couleur). Pour découvrir certaines illustrations sur le site de l’auteur : BLACK-FLAG

Mon avis 


J'adore l'écriture de Franck Ferric et son univers aride. La loi du désert était un de mes coups  de coeur, il en va de même pour Retour à Silence.

Alej vit seul à Silence, il y a enterré sa vie passée et s'y est terré. Ce monceau de sable, il l'a nommé Silence, puisque personne ne viendra lui en disputer la propriété. Alej n'est pas un homme comme les autres, il cache des secrets mortels. Pour lui ou pour les autres? Il vous faudra plonger dans les pages du romans pour le savoir.

Alej est entour d'une brume de mystère, que l'on perce au fil de l'histoire, à travers des flash-backs maîtrisés et des réflexions au cour de son périple. Si l'on aime les voyages, on ne peut qu'aimer Retour à Silence, puisqu'il s'agit à la fois d'un chemin à travers le désert, mais aussi d'un cheminement vers lui-même pour le personnage. On s'oublie parfois à se faire oublier.

Pour autant, il ne s'agit pas d'un roman introspectif, l'auteur alterne entre rythme soutenu de poursuite aux allures de western et ambiance pesante, lente sous le soleil du désert. Chaque personnage est une rencontre fugace mais suffisante pour comprendre sa raison d'être, ses attentes. On s'attache aux habitants de cette terre brûlée.

C'est un roman qui m'a touché au coeur, qui parle de l'humanité avec simplicité et justesse, avec une écriture délicieuse, une poésie des paysages et des hommes dont il serait dommage de se passer. Le tout agrémenter des subtiles illustrations de Pierre Le Pivain.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire