lundi 4 janvier 2016

Wild - Jean-Marc Vallée, Nick Hornby (2014)


Résumé :

Après plusieurs années d’errance, d’addiction et l’échec de son couple, Cheryl Strayed prend une décision radicale : elle tourne le dos à son passé et, sans aucune expérience, se lance dans un périple en solitaire de 1700 kilomètres, à pied, avec pour seule compagnie le souvenir de sa mère disparue… Cheryl va affronter ses plus grandes peurs, approcher ses limites, frôler la folie et découvrir sa force.Une femme qui essaye de se reconstruire décide de faire une longue randonnée sur la côte ouest des Etats-Unis.

Distribution :

Reese Witherspoon
Gaby Hoffmann
Laura Dern
Michiel Huisman
Charles Baker
W. Earl Brown
Kevin Rankin
Brian Van Holt
J.D. Evermore
Thomas Sadoski
Nick Eversman

Mon avis :

Habituellement, j'ai du mal avec les films un peu "lents" et "contemplatifs"... Je vais être honnête, je n'ai pas aimé Into the Wild (ni le livre, ni le film, le personnage m'a paru insupportable et n'a pas du tout entraîné une quelconque compassion de ma part), c'est culte certes, mais je me suis ennuyée.
Souvent décrit comme un Into the Wild au féminin, Wild ne partait pas gagnant.

Pourtant, j'ai adoré ce film. Je l'ai trouvé touchant et magnifique.

Magnifique car les paysages traversés sont à couper le souffle, sauvages et intouchables, ils donnent envie d'en prendre la mesure, et d'aller se perdre au milieu des déserts, des montagnes, des forêts avec un sac à dos et soi-même pour compagnon.

Touchant, car si Cheryl Strayed est une personne abîmée à la fois par la vie et par ses comportements autodestructeurs, elle a une grande force en elle. Ce n'est pas un film qui s'apitoie, malgré la fragilité de Cheryl, de ses relations, son passé englué dans un cercle négatif, elle choisit d'avancer et finalement, d'être forte sans pour autant devenir parfaite et d'un revers de main balayer tous ses problèmes.

Pour certains, cette avancée, ce trek était ennuyeux. Après tout, qu'est-ce qu'on en a à faire des états d'âme de cette randonneuse de l'extrême pas si extrême... Le film suggère la souffrance, la difficulté, plus qu'il ne la montre. Et je trouve que c'est ce qui fait sa force: le spectateur peut apposer ses propres expériences, ses propres réflexions dans le cheminement de Cheryl...

Et à quoi sert de voyager, de regarder un film qui part de voyage, si tout notre être reste scotché au canapé? J'ai pris mon sac à dos avec Cheryl, et je compte bien lire le témoignage dont le film est l'adaptation.

4 commentaires:

  1. Je l'ai vu dans l'avion en revenant d'Inde, j'ai beaucoup aime.
    Et surtout ça n'a pas le cote "sale gosse égoïste" de Into the Wild.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui pis le personnage est humble et a envie d'apprendre, elle meurt pas bêtement parce qu'elle est partie sans rien en mode "nan mais moi c'est pas pareil, je vais m'en sortir, j'ai vu la lumière." Je trouve que c'est un personnage accessible.

      Supprimer
  2. Moi j'ai vraiment accroché avec Into the Wild, et comme tu dis, Wild a tellement été comparé par son prédécesseur que j'ai trainé la patte avant de me mettre devant. (Comment peut on égaler Into the wild ?)
    Et puis finalement, bonne surprise. Deux films plutôt ressemblant dans le fond qui m'ont touché pour des raisons complétement différentes. Je suis complétement d'accord avec toi que le point fort de Wild est Chéryl auquel il est tellement plus facile de s'identifier. On comprend bien mieux ces états d'âmes, ses doutes, ses colères.
    Donc mon mythe autour d'Into the wild a été brisé: oui, il est possible de l'égaler et pn peut compter sur Jean Marc Vallée pour ça ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je pense vraiment que chacun doit mériter sa chance, ils ont des raisons d'être différentes. Si tu as aimé into the wild, je ne sais pas si tu as déjà vu le dernier trappeur? Je prépare un article dessus, mais ça pourrait te plaire!

      Supprimer