samedi 10 décembre 2016

Vostok – Laurent Kloetzer

Résumé

Vostok, Antarctique. L’endroit le plus inhospitalier sur Terre. Des températures qui plongent jusqu’à – 90 °C. En 1957, les Russes y ont installé une base permanente, posée sur un glacier de 3 500 mètres d’épaisseur, ignorant alors qu’à cet endroit, sous la glace, se cache un lac immense, scellé depuis l’ère tertiaire. Pendant des décennies, équipe après équipe, puits après puits, ils ont foré la glace. Pour trouver, peut-être, des formes de vie jusque-là inconnues.
Vingt ans après la fermeture de la base, un groupe d’hommes et de femmes y atterrit, en toute illégalité. Ils vont réchauffer le corps gelé de Vostok, réveiller ses fantômes. Ils sont là pour s’emparer du secret du lac. S’ils échouent, il ne leur sera pas permis de rentrer vivants chez eux.
Situé dans le même futur qu’Anamnèse de Lady Star, Vostok narre l’incroyable aventure d’une très jeune femme, Leonora, condamnée à laisser les derniers vestiges de son enfance dans le grand désert blanc.


sublime couverture d'Aurélien Police

Mon avis


Vostok est une petite pépite, qui se déguste comme on laisse fondre un chocolat sous sa langue. 

Le roman commence au Chili dans un futur proche, pays où s’affrontent deux mafias rivales, le Cartel (auquel appartiennent les personnages principaux), et les Andins. 

Les éléments fantastiques/SF sont très légers, il pourra donc plaire même aux gens peu attirés par ce genre : on trouve uniquement quelques drones, des  personnes perpétuellement connectés à l’interface ou les ghosts (une personne qui n’existe que tant que quelqu’un pense à elle)

Nous allons suivre Léonora, la petite sœur de Juan, chef du Cartel et prophète. Pour gagner cette guerre des clans, Juan doit pénétrer dans le système des Andins, et pour cela, dérober une clé que seule Veronica Lipenkova, une scientifique russe, détient… 

Mais évidemment, rien ne se passera comme prévu et il faudra se rendre jusque Vostok, Antarctique, pour révéler les mystères de la clé.


Le récit se partage entre les extraits du témoignage de Veronica Lipenkova, et la vie de Léonora

La jeune adolescente ne rêve que de fuir la prison dorée où son frère la retient pour sa propre sécurité, d'échapper à la violence du Cartel. C’est un personnage très touchant, plein d’espoir et de projets, avec un regard critique et juste sur le monde qui l’entoure. Elle a pour compagnon un ghost, Araucan,  leur relation est particulière, très tendre et enfantine.  Ils se verront tout deux entraînés à la suite du charismatique Juan. La relation entre le frère et la sœur est compliquée, conflictuelle, mais aussi extrêmement touchante.

J’ai lu à plusieurs reprises que ce roman est un excellent thriller technologique. C’est un excellent roman, c’est une certitude. Mais je ne le décrirais pas ainsi. J’ai vécu un pur moment hors du temps, dans une ambiance pesante et onirique comme la glace. C’est un récit lent mais passionnant et surtout plein de poésie.  C’est un espace à part, aussi étrange que doit l’être ce bout de monde glacé et ses secrets

La technologie est présente dans les avancées scientifiques de Veronica, qui raconte l’épopée de ses recherches des années 50 aux années 90 et nous transmet sa fascination, ses questionnements sur les secrets de Vostok, sans que jamais cela ne soit indigeste.

J’ai eu le sentiment de participer à une chasser au trésor passionnante, pleine de la magie des lieux difficilement accessibles et encore plein de mystères. 
Un coup de cœur !

 PS : un livre qui donne également très envie de se passionner pour les recherches passées et en cours sur la base de Vostok, car si Veronica Lipenkova n’existe pas, de valeureux chercheurs ont réellement participé à cette grande aventure scientifique.

Une petite sélection de liens :

2 commentaires:

  1. J'entends beaucoup de bien de ce livre et l'atmosphère glaciale m'attire beaucoup ! "participer à une chasser au trésor passionnante" est très attrayant aussi :p

    RépondreSupprimer
  2. C'est vraiment un de mes bouquins préférés de l'année!

    RépondreSupprimer