lundi 27 février 2017

L'héritage des Rois Passeurs - Manon Fargetton

Bonjour à tous, je reviens pour chroniquer un livre après un bon moment d’absence… 

Mais il faut dire que la motivation n’y est pas : je n’ai presque rien lu depuis janvier. 
Et tout ce que j’ai essayé de lire me tombe des mains (le ballet des âmes de Céline Guillaume, Neige de Pema Tseden…) ou me déplait, ce qui ne m’aide pas à remettre le pied à l’étrier. 


Résumé

Ombre, univers peuplé de magie, et Rive, le monde tel qu’on le connaît, sont les deux reflets déformés d’une même réalité. 
Énora est unique : elle peut traverser d’un monde à l’autre. Lorsque sa famille est brutalement décimée par des assassins masqués, elle se réfugie au seul endroit où ses poursuivants ne peuvent l’atteindre. Au royaume d’Ombre, sur la terre de ses ancêtres. Là-bas, Ravenn, une princesse rebelle, fait son retour après neuf ans d’exil passés à chasser les dragons du grand sud. Sa mère, la reine, est mourante. Ravenn veut s’emparer de ce qui lui revient de droit : le trône d’Ombre. Et elle n’est pas la bienvenue.
Deux mondes imbriqués. Deux femmes fortes, éprouvées par la vie. Deux destins liés qui bouleverseront la tortueuse histoire du royaume d’Ombre…

Mon avis

Ce livre m’a été prêté par une lectrice au travail… elle voulait mon avis car nous lisons toutes deux de la fantasy, mais pas forcément les mêmes auteurs. Elle me disait être passé complètement à côté de et n’avoir même pas fini, mais que comme le livre avait reçu un prix Imaginales, elle voulait une seconde opinion.
Du coup, je l’ai lu en entier.

Voyons le point positif :
Il y a des personnages féminins variés, un peu caricaturaux mais bon, on sent qu’un effort a été fait.

Malheureusement il y a bien plus de points négatifs à mes yeux :

- les personnages ne sont pas crédibles, rien ne les affecte réellement, ils s’adaptent à tout super facilement. Je ne sais pas, personnellement, j’aime beaucoup l’époque du moyen âge, je m’y intéresse, je sais comment fonctionne la société à cette période, mais si demain je m’y retrouvai projeter je pense qu’il me faudrait plus de deux pages pour m’acclimater. Mais je ne suis sûrement pas une héroïne bad ass de roman. Ils manquent tous de profondeur, chacun a un rôle prédéfini dont il ne sortira pas.

- le style est bancal. Ombre et Rive parlent toutes les deux Français, mais les deux langues ont évolué en parallèle. Ce qui fait qu’il y a des différences de vocabulaire. Jusque-là, logique. Mais malheureusement, les différences de langage ont l’air tellement artificielles que c’est indigeste. Ce n’est pas comme si dans la francophonie, on avait une variété de régionalisme dont s’inspirer. Cette maladresse est d’autant plus flagrante que dans les dialogues entre les habitants d’Ombre et de Rive, les variations sont très marquées, mais si deux habitants d'Ombre parlent entre eux, il y a beaucoup moins de mots "exotiques".

- le scénario est ma foi sans surprise.

Je suis donc moi aussi passée complètement à côté de ce roman, ce n’est pas mauvais, mais ce n’est pas bon non plus. Aussitôt lu, aussitôt oublié donc.

2 commentaires:

  1. Hou là là, comment cela se fait-ce qu'il a obtenu le prix imaginales ? :(

    RépondreSupprimer
  2. Ben écoute je ne sais pas.... peut-être une volonté de primer un ouvrage grand public ? Mais bon ça peut être grand public (G. Katz, pour reprendre un prix Imaginales précédent) et de qualité : là le niveau est faible je trouve :/

    RépondreSupprimer